Logo INRS
English

By anne-marie.dubois - Posted on 06 octobre 2016

Version imprimable

 
Les professeurs-chercheurs du Centre Eau Terre Environnement de l’INRS mènent des recherches concertées sur la dispersion des contaminants, l’assimilation et les effets des métaux chez les organismes aquatiques. Ils veillent à mieux comprendre les mécanismes qui modulent les écosystèmes aquatiques afin de mieux prévoir les risques environnementaux et assurer une protection adéquate de ces milieux.
 
 
Les recherches sur le milieu aquatique visent à fournir des fondements scientifiques pour étayer les décisions difficiles que les instances chargées de la protection de l’environnement doivent prendre. Les travaux sont liés à la détérioration de la qualité du milieu aquatique due à l’activité humaine ainsi qu’à la dynamique de ces milieux dans le contexte actuel des changements environnementaux susceptibles d’altérer les cycles biogéochimiques des éléments.
 
Voici les conséquences possibles :
 
 
Eutrophisation

 

Afin de mieux comprendre les causes de prolifération des fleurs d’eau d’algues et de cyanobactéries et leurs impacts, les équipes de recherche développent des outils adaptés à la détection et au suivi des milieux affectés. Ils examinent des scénarios de restauration et prédisent les impacts futurs des changements environnementaux. 
 
Contamination par les métaux

 

Le manque de données écotoxicologiques sur les métaux est un frein à l’évaluation des risques environnementaux liés à l’exploitation minière. En plus de développer les connaissances à ce sujet, les professeurs-chercheurs du Centre développent de nouvelles méthodes analytiques, s’intéressent aux différentes interactions et aux effets cumulatifs, synergiques et antagonistes des contaminants auxquels sont exposés les organismes aquatiques en milieu naturel. Les équipes de recherche sortent de leur laboratoire, dont les travaux ont jusqu’ici aidés à la compréhension des paramètres qui influent sur l’accumulation des métaux chez les organismes exposés, pour étudier les organismes dans leur milieu où ils sont exposés de façon chronique à des agents stressants.

 

Réchauffement climatique

 
On sait maintenant qu’une part considérable des émissions mondiales naturelles de méthane vers l’atmosphère provient des lacs, en particulier d’une source jusqu’alors insoupçonnée,  les lacs boréaux. Il est donc nécessaire de mesurer avec plus de précision les composantes impliquées dans les émissions des différents gaz à effet de serre et de mieux comprendre le cycle du carbone dans les écosystèmes nordiques où les données sont rares.
 
 

 

Professeurs 


 
Qui sont-ils?
Quelques-uns de leurs intérêts de recherche
Écotoxicologie des métaux et effets du stress environnemental sur les animaux aquatiques, en particulier les poissons.
Biogéochimie et écotoxicologie des métaux en milieu aquatique.
Géochimie aquatique et océanographie.
 
Écologie d’eau douce et écotoxicologie
Limnologie, écologie microbienne, bio-optique et écophysiologie.  Écosystèmes lacustres polaires, alpins et  tempérés. Écologie des cyanobactéries, fleurs d’eau d’algues nuisibles, production de gaz à effet de serre par les petits systèmes aquatiques.